Page Officielle FacebookChaine Officielle YoutubeCompte Officiel Instagram
FrançaisEnglishDeutschTürk中国
Le Château Du Bois : botanique de la lavande fine

L’Or Bleu de Provence

La lavande fine de Haute Provence, cette fleur millénaire est  la seule à offrir les vertus officinales comme son nom botanique l’indique « lavandula officinalis ». Peut-être trouverez-vous aussi les noms « lavandula angustifolia », car la lavande fine est petite avec des feuilles étroites, ou encore  « lavandula vera », la lavande vraie, l’unique, la véritable.

Les Provençaux la nomment « la fine » naturellement parce que son parfum est d’une rare finesse. Les producteurs insistent sur le terme « lavande de population », car toutes les caractéristiques de cette fleur tient au fait que sa reproduction par graine garantie l’authenticité de chaque lavande, chacune est différente. La reproduction par graine crée naturellement  une population, qui elle-même certifie la diversité génétique. Cet ensemble hétérogène nommé  « population », crée une harmonie olfactive et bienfaisante. A contrario les hybrides nommés lavandin, ou les clones de lavande fine ne peuvent prétendre à ce niveau de qualité. Pour éviter des confusions et dévaloriser la lavande d’exception, la lavande fine au même titre que les grands crus de vin est protégée par son appellation d’origine protégée (AOP).

Connaissez-vous la différence entre les lavandes ?

Lavanda angustifolia

LA LAVANDE FINE

Noms latins : lavandula vera, lavandula officinalis ou lavandula angustifolia.

Noms donnés par les provençaux : lavande fine, lavande vraie,  lavande des Alpes

Les noms latins de cette plante témoignent à la fois de l’intérêt que la pharmacie lui a très tôt porté « officinalis » et de son aspect morphologique « angustifolia signifiant à feuilles étroites ».

La lavande fine forme des touffes plus petites que celles de l’aspic. Ses hampes florales sont courtes, sans ramifications. Elles portent un épi floral dont l’aspect est très variable tant par la forme que par la couleur.

La lavande vraie supporte remarquablement bien le froid et ses terrains de prédilection se situent à plus de 800 mètres d’altitude pour atteindre 1500 mètres et plus. Elle fleurit de la mi-juillet à la fin août suivant l’altitude et les conditions climatiques.

Comme l’aspic, elle a un système de reproduction sexué et donne des graines. Chaque « touffe » de lavande fine, issue d’une graine particulière, est donc génétiquement différente de sa voisine. On observe ainsi de grandes variations dans l’aspect des plantes entre elles : forme des épis floraux, couleur variant du mauve bleuté pâle au violet le plus intense, avec parfois des plants roses ou blancs. On désigne cette diversité de plants par le terme de lavande de « population ».

La lavande vraie a de nombreux usages populaires qui sont connus depuis l’Antiquité. Aujourd’hui encore, ses principaux débouchés restent la parfumerie et la pharmacie. Les grands parfums de luxe utilisent la lavande fine, celle de « haut-titrage » de population, aux essences riches de mille nuances.

Cependant le domaine d’avenir pour la lavande fine est l’aromathérapie. Médecine douce qui oblige le consommateur à sélectionner parfaitement l’huile essentielle 100% pure et naturelle. La connaissance précise de la variété est fondamentale pour tout usage pour sa santé.

La lavande fine a une fragrance riche, délicate et harmonieuse d’où son surnom de « fine ». A contrario, les lavandes clonales largement répandu dans l’univers de la parfumerie, apporteront une note standardisée sans harmonie.

Malheureusement les rendements de la lavande fine sont faibles : il faut une moyenne de 150kg de fleurs pour avoir 1kgs d’huile essentielle, soit 1.1litres, la densité étant de 0.88. Son rendement à l’hectare est d'environ 15 à 20 kg d’huile essentielle. Nous plantons 17000 plants de lavande à l’hectare. Ces plants vont vivre un douzaine d’années et ils produiront une récolte pendant 8 à 10 ans. Sur un domaine comme « Le Château du Bois », il faut replanter chaque année entre 6 et 10 hectares.

Quelques unes des vertus de la lavande fine :
Les Romains utilisaient la lavande pour parfumer leurs bains ainsi que le linge fraîchement lavé. Elle fut nommée la “Garde-robe” par nos grands-mères. On dit aussi que c’est le “Couteau Suisse” de l’aromathérapie, car de tout temps, depuis Dioscoride dans « Materia medica » au Ier siècle jusqu’à René-Maurice Gattefossé qui donna naissance à l’aromathérapie moderne en 1928, la lavande a toujours été reconnue et utilisée pour ses vertus buy clomid online médicinales. La lavande fine sous la forme «huile essentielle 100% pure et naturelle » trouve sa place dans le traitement  et le soulagement :
- des insomnies (2 à 3 gouttes sur l’oreiller), de l’irritabilité (en diffusion dans l’air),  des maux de tête (en  massage sur les tempes), du stress (5 à 6 gouttes dans le bain).  La lavande est calmante.
- des plaies et brûlures (1 à 2 gouttes), de l’eczéma sec (2 à 3 gouttes sur un coton à passer sur les plaques sans frotter), des escarres, des coups de soleil, des piqûres d’insecte.  La lavande est désinfectante et cicatrisante.
- des rhumes et sinusites (1 à 2 gouttes en inhalation).  La lavande est anti-infectieuse.
- des maux de gorge (1 à 2 gouttes sur un sucre ou sur une cuillère de miel).
- des contractures et rhumatismes (quelques gouttes en friction). La lavande est décontractante et calme la douleur.
- des poux (1 goutte derrière les oreilles en prévention), des parasites intestinaux (1 goutte sur un sucre en cure de 3 jours).  La lavande est anti-parasitaire.

 

Lavanda latifolia

LA LAVANDE ASPIC

 

Noms latins : lavandula spica, lavandula latifolia

 

Dénommé aussi « lavande mâle » ou « grande lavande ». Son nom botanique latifolia signifie « à larges feuilles ».

La lavande aspic a de larges feuilles veloutées. Elle se distingue de la lavande vraie par son port élevé et ses hampes florales longues qui peuvent porter plusieurs épillets. L’aspic s’accommode bien de la chaleur et des terrains calcaires secs. Son habitat se situe de préférence en dessous de 500 mètres d’altitude, sur les adrets (versants exposés au soleil). On en rencontre à l’état sauvage dans tout le sud de la France, beaucoup dans la région de Montpellier. La lavande aspic n’est plus cultivée en France, en revanche l’Espagne en est le grand producteur. La floraison a lieu de mai à août, ses fleurs sont bleues-violacées. Son parfum est fort et très camphré.

L’essence d’aspic est souvent associés aux diluants pour peinture à huile et vernis afin d’accélérer le temps de séchage. Cette lavande est très peu utilisée en aromathérapie, car la composition de son huile essentielle varie de façon notable en fonction de la région où elle pousse.

  

 

Lavandin

LE LAVANDIN 

Nom  latin : lavandula hybrida, lavandula x intermedia (issue du croisement entre lavandula  angustifolia et lavandula latifolia)

A l’époque où les coupeurs allaient cueillir les lavandes fines sauvages, ils avaient déjà remarqué des plants plus développés que les autres qu’ils appelaient « grande lavande », « grosse lavande » ou aussi « lavande bâtarde ». Il s’agissait de lavandins, issus de l’hybridation spontanée de la lavande fine et de l’aspic. Cette hybridation est possible grâce aux insectes butineurs et particulièrement les abeilles, qui se posant d’une fleur sur l’autre, transportent le pollen d’une espèce à l’autre. Ce phénomène d’hybridation a pu être vérifié en 1927 dans les laboratoires des Etablissements Chiris à Grasse. Il existe beaucoup d’espèces de lavandins se rapprochant tantôt davantage de la lavande vraie, tantôt davantage de l’aspic.

D’une manière générale, les lavandins ont un développement végétal bien plus important que celui de la lavande, une robustesse remarquable, une grande faculté d’adaptation au climat et à la nature des sols. Enfin son rendement en huile essentielle est significatif par rapport à lavande fine. Le rendement à l’hectare du lavandin grosso peut aller jusqu'à 150 kg d’huile essentielle, soit entre 8 à 10 fois plus que la lavande fine.

Etant hybride, le lavandin est stérile. Sa reproduction est réalisée par bouturage. Tous les plants issus de boutures prélevées  initialement sur un même sujet, vont être rigoureusement identiques entre eux ; ils pourront être à leur tour bouturés. Cet ensemble végétal constituera un « clone » (par opposition à la « population » de la lavande fine).

Dans les années 1930, la technique du bouturage s’impose permettant un développement très rapide de la culture du lavandin. Toutes les plantations de lavandin existant actuellement, sont constituées de plants obtenus par bouturage de clones, ce qui explique l’aspect homogène et régulier des champs de lavandin. Alors que les champs de lavande fine présentent un aspect visuel irrégulier et disparate.

Le lavandin a fait l’objet de nombreuses sélections qui ont abouti à la mise au point d’espèces aujourd’hui très répandues : le Grosso*, l’Abrial, le Super.

La qualité de l’essence de lavandin est très inférieure à celle de la lavande fine. Mais le prix est très attractif pour les industriels et le consommateur non averti. Il est produit en très grande quantité dans le monde entier.

L’essence de lavandin est largement utilisée pour parfumer les produits détergents, produits d’entretien, désodorisants, etc., dans lesquels le « parfumage » rend le produit brut plus agréable en masquant les odeurs fortes des composants actifs détergents. La production de lavandin en France s’étend de l’Ardèche aux Alpes-Maritimes. Les cultures les plus importantes se situent sur le plateau de Valensole (gorges du Verdon), dans la Drôme et le Gard. Ailleurs le lavandin se trouve sur tous les continents : Canada, Etats-Unis, Brésil, Grande Bretagne, Australie, Nouvelle Zélande, Chine, Ukraine, Bulgarie, Croatie,… On retrouvera souvent sur l’étiquette des flacons d’essence de lavandin : non pas « lavandin de … », mais «  lavande de…. » : cette pratique est illégale et malheureusement fort répandue.

 

LA LAVANDE MARITIME

Nom latin :  Lavandula stoechas
Elle est parfois appelée lavande stéchade, lavande papillon, lavande à toupet ou lavande des îles d'Hyères.

Lavandula stoechas est une espèce de lavande très florifère. Elle porte les plus grosses fleurs du genre.
A noter que le nom de lavande papillon, bien que devenu générique, concerne plus particulièrement la variété Lavandula Stoechas Pedunculata. Elle est originaire du Bassin Méditerranéen et principalement d'Espagne et du Portugal. C'est une plante de garrigue qui apprécie la sécheresse et craint les excès d'eau. Elle présente une touffe compacte et bien ramifiée. La lavande maritime est un peu moins rustique que la lavande officinale, mais un paillage en hiver permet de bien la protéger.


Sa floraison abondante, son caractère mellifère et son parfum, attirent les abeilles et les insectes pollinisateurs. Les fleurs sont originales : ce sont des petits épis qui sont surmontés par des bractées qui forment une sorte de toupet, d'où son nom Lavande à Toupet. Cette floraison décorative fait de la lavande maritime une plante à installer dans un massif ou une rocaille. On apprécie sa floraison précoce d’avril à juin. On la découvrira largement en France sur les coteaux arides siliceux du Midi en Provence, Languedoc, Roussillon et en Corse, et plus largement dans toute la région méditerranéenne.

Botanique